Les Chenilles Processionnaires

Photo tirée du site http://www.ville-embrun.fr

Chaque année, la chenille processionnaire du pin provoque de nombreux accidents. En effet ses poils hautement urticants sont un réel danger pour nous et pour de nombreux animaux. Le chien curieux, le flair au sol est une des ses plus grandes victimes.

Ce lépidoptère venimeux est de plus en plus présent en France. De plus, le bassin méditerranéen est particulièrement touché. Provoquant également des problèmes d’ordre écologique, la chenille processionnaire est devenu un problème de santé publique.

C’est pourquoi il est important d’être informé, de faire de la prévention et de connaître les symptômes afin de réagir le plus rapidement possible.

Son mode de vie

  • Nom latin : Thaumetopoea pityocampa
  • Phases de développement : En hiver elles tissent leurs toiles dans les pins. En mars/avril (des fois dès février) elles quittent leurs nids en procession (à la queue leu leu). En mai/juin elles s’enfouissent dans le sol. A la fin de l’été, les chrysalides laissent place aux papillons de nuits et à leurs parades nuptiales. A l’automne les larves naissent et commencent à se nourrir dans les pins.
  • Température à laquelle sortent les chenilles : Entre 10°C et 22°C au sol
  • Déplacement : La chenille tient son nom de son mode de déplacement en procession. Ce mode de déplacement est une cohésion sociale structurée dont la première chenille est toujours une femelle. Si la chaîne est rompu par un retardataire, les chenilles s’arrêtent et attendent d’être au complet pour repartir.
  • Prédateurs : La guêpe, les mésanges, la huppe, la mouche des chenilles, le coucou, l’engoulevent.

.

Les nids des chenilles sont facilement visibles et se trouvent essentiellement dans les pins. Ils ressemblent à une grosse boule de toile d’araignée. Cette toile sers de protection contre le froid aux chenilles. En effet leur nombre important dans le nid ainsi que sa capacité à capter le soleil permet de maintenir le nid jusqu’à 20 degrés au dessus de la température extérieure.

Pourquoi les poils de la chenille sont-ils si nocifs ? Ils ont une forme particulière similaire à du barbelé qui leur permet de s’enfoncer dans la peau sans en sortir. De plus, les poils sont remplis de thaumétopoéine, une substance très urticante qui se libère quand le poil se rompt (lors d’un grattage par exemple)

Attention ! Les poils urticants des chenilles peuvent provoquer des lésions chez les humains ou chez les animaux par contact direct et indirect ! Les poils gardent leurs effets urticants pendant plusieurs mois.

Symptômes

Les chiens explorent leur environnement avec leurs flairs et leurs bouches. La tête du chien est donc souvent la partie la plus touchée. Si votre chien présente un ou plusieurs de ces symptômes il a peut être été victime des chenilles processionnaires. Les symptômes arrivent rapidement quelques heures après la promenade

  • Œdème buccal : Grosseur au niveau du museau, de la langue
  • Douleur : Le chien montre des signes de mal-être, pleure ou se frotte frénétiquement au niveau du museau
  • Inflammation des lèvres et de la langue (rougeurs inhabituelles)
  • Muqueuse buccale ou hyper-salivation
  • Déglutition difficile voire impossible
  • Langue parsemée de tache rouge tournant peu à peu au violet
  • Nécrose buccale
  • Atteinte cutanée : Assez rares chez le chien (œdème et irritation sur différentes zones)
  • Atteinte oculaire : Assez rares également, yeux larmoyant, ulcération cornéenne, douleur intense
  • Atteinte respiratoire : Rare. Si le chien à ingérer une chenille risque d’œdème au niveau du larynx provoquant une asphyxie

Les bons réflexes

Vous avez le moindre doute ? Agissez le plus rapidement possible ! En effet plus vous attendez et plus le risque d’une nécrose de la langue est important. Plus votre chien se grattera et plus il envenimera la crise en cassant des poils qui propageront leurs poisons urticant. Une collerette ou une muselière peuvent limiter l’accentuation des symptômes. Évitez de manipuler trop votre chien pour ne pas briser des poils supplémentaires. Il est conseiller également de ne pas donner à manger ou à boire (risque de déplacer des poils urticant plus profondément dans la gueule, permet d’avoir un chien à jeun si une anesthésie est nécessaire)

Ensuite ne cherchez pas des remèdes de grands-mères et allez chez votre vétérinaire le plus vite possible. Il retirera les poils urticant et donnera un traitement (souvent corticoïde + anti-histaminique).

Dans la majorité des cas, les chiens s’en sortent bien (oui je vais vous rendre parano avec tout ça, alors une bonne nouvelle c’est bien aussi !). Cependant les nécroses linguales peuvent être importantes, causer des séquelles irrémédiables et dans les cas les plus graves peuvent emmener à une euthanasie.

La prévention : Observez les zones de balade. Si vous voyez des nids ou même des chenilles tenez votre chien en laisse afin d’éviter tout contact. Partagez et communiquez autour de vous à ce sujet, si vous connaissez des zones à risques encouragez vos connaissances à les éviter durant les périodes à risques (principalement en mars/avril)

Recensement des zones à chenilles dans l’Hérault

Afin d’agir contre ces accidents j’ai recensé des zones à risques dans l’Hérault. N’hésitez pas à ajouter dans les commentaires, votre expérience et les zones à risques que vous connaissez.

  • Bois des Aresquiers
  • Chemin pour aller au canyon du diable/rocher des vierges
  • Route de Grezac (proche de Lauroux)
  • Parcours santé de Latte
  • Parcours santé de Pérols
  • Autour de Saint-Gély
  • Massif de la Gardiole
  • Mireval
  • Vic la Gardiole
  • L’esclavon à Villeneuve-lès-Maguelone
  • Col du vent à Montbaudille
  • Parc des pierres blanches à Sètes
  • Forêt de Clapiers
  • Fesquet
  • Bois des pins à Saussines
  • A Montpellier : Parc Montcalm, quartier la Chamberte (route de Lavérune), Rives du Lez

Sources

Thèse 2011: Les chenilles processionnaires du pin par Julie Rivière

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.