Le chien en France

Alors que les homo-sapiens côtoyaient encore l’homme de Neandertal (-35 000 ans), le chien était déjà présent dans la vie de l’homme. Le fait de le nommer le meilleur ami de l’homme prend alors tout son sens. Bien avant la domestication des autres espèces, l’homme et le chien vivaient déjà en communion . La symbiose homme/chien serait-elle inscrit dans nos gènes?

Après des milliers d’années, le chien est représenté partout dans le monde avec plus de 340 espèces différentes et des rôles très variés (chiens de chasses, de compagnies, de traîneaux, d’assistance…).

La France est le huitième pays mondial ayant le plus de chien. En effet plus d’une personne sur dix en possède un. [1]

Pourquoi notre pays a un engouement si particulier pour ces canidés ?

Un peu d ‘histoire…

Phoebus peinture chien
Premiers soins de Gaston Phoebus

.

Peinture de chasse de Gaston Phoebus dans les années 1400

Dans l’antiquité et au moyen âge, les chiens servaient principalement à la chasse. En effet la chasse à courre avait un grand succès auprès des nobles. A cette époques les chiens de chasses étaient principalement des lévriers.


On retrouvait également des molosses équipés de colliers à piques et d’armures à lames à la guerre. Cependant la France n’était pas le pays qui utilisait le plus ce type de chien. Une des batailles les plus connues avec ces guerriers à quatre pattes fut la fin de la guerre de 100 ans aux commandes de Charles VII.
Enfin, certains chiens servaient à protéger les troupeaux des prédateurs et/ou voleurs.

Les chiens n’étaient pas bien vu par l’église, car susceptible d’être une réincarnation du diable. Malgré ces croyances, notre ami canin était très régulièrement représenté dans les peintures et certains écrits. [2 et 3]

Vers 1170, dans le mythe de Tristan et Iseult, on retrouve Husdent, le chien du héros qui lui voue une fidélité et un amour sans faille. Dans le chapitre 9 «la forêt de Morois», Tristan dresse son chien à ne pas aboyer afin de ne pas se faire repérer par ses ennemis. Voici un extrait du mythe, montrant la place particulière du chien déjà à cette époque là :

Écoutez, seigneurs, une belle aventure. Tristan avait nourri un chien, un brachet, beau, vif, léger à la course : ni comte, ni roi n’a son pareil pour la chasse à l’arc. On l’appelait Husdent. Il avait fallu l’enfermer dans le donjon, entravé par un billot suspendu à son cou ; depuis le jour où il avait cessé de voir son maître, il refusait toute pitance, grattait la terre du pied, pleurait des yeux, hurlait. Plusieurs en eurent compassion.

« Husdent, disaient-ils, nulle bête n’a su si bien aimer que toi ; oui, Salomon a dit sagement : « Mon ami vrai, c’est mon lévrier.» [4]

C’est lors des temps modernes où certains chiens eurent comme unique rôle de tenir compagnie à la noblesse. Notamment raconté dans le dictionnaire de Versailles de Franck Ferrand, Louis XV avait d’innombrables chiens (des épagneuls pour la chasse) mais surtout « Filou » un cavalier king’s Charles qu’il affectionnaient particulièrement et qui dormait près de son lit. On retrouve dans les écrits de Madame de Sévigné des références à ses chiens de compagnies dont une phrase assez connue : [5]

« Plus je vois les hommes, plus j’admire les chiens. »

Madame de sévigné

.

Lors de la révolution, le chien de la reine Coco, aurait tenu compagnie au jeune dauphin Louis XVII dans sa cellule. Les textes à ce sujet disent que le chien aurait vécu un peu plus de 20 ans ce qui serait assez étonnant. Il y aurait également une reproduction d’une stèle commémorative pour Coco dans l’hôtel de Seignelay qui a appartenu à la famille Colbert (un ami de Marie-Antoinette).

.

Marie Antoinette et Coco

Dans cette vidéo, vous pourrez voir des images d’archives durant la première guerre mondiale. Au total 100 000 chiens auraient été mobilisés pour cette guerre [6]. Des chiens de traineaux, dératiseurs, d’assistance, d’attaques ou autre. Des fonctions bien différentes pour une seule et même espèce. De nombreux chiens héros ont marqué l’histoire durant les différents conflits internationaux.

De nos jours

.

Un peu plus de 50% des chiens vivent dans des agglomérations de moins de 20 000 habitants. Nos compagnons sont donc quasiment aussi présent en zone urbaine que rurale.

Ils sont cependant peu présents dans l’agglomération Parisienne (7,4%). [7]

Les chiens du groupe 6,7 et 8 sont les chiens les plus couramment utilisés pour la chasse. Ils représentent 27% des chiens inscrits au LOF. On retrouve ensuite les chiens de bergers (23,5%) majoritairement représenté par les bergers malinois et bergers australiens. Enfin, sur la dernière marche du podium, on comptabilise 13,9% de chiens de compagnie. [8]


Groupe 1 : Chiens de Berger
Groupe 2 : Molosses, Pinscher et Schnauzer
Groupe 3 : Terriers
Groupe 4 : Teckels
Groupe 5 : Chiens Spitz, Nordique et Primitif
Groupe 6 : Chiens Courants, et de Recherche au Sang
Groupe 7 : Chiens d’Arrêt
Groupe 8 : Chiens Leveurs et Rapporteurs de Gibier, chien d’eau
Groupe 9 : Chiens de Compagnie
Groupe 10 : Lévriers

Conclusion

Les chiens font parti de nos vies depuis des dizaines de milliers d’années. Nous sommes dans un pays assez rural où la chasse a une place importante. En effet, nous sommes le premier pays européen ayant le plus de chasseurs (plus d’un millions). Cette activité nécessitant bien souvent un ou plusieurs chiens, cela explique en partie notre classement mondial de détenteurs de chiens. La France compte aussi près de 420 000 chefs exploitants agricoles travaillant également fréquemment avec des chiens.

Cela explique quelques millions de chiens sur notre territoire. Mais les autres millions ? Je vais d’abord évoquer tous le chiens de travail et d’assistance (chien de sécurité, guide d’aveugle, de recherche utilitaire…) qui nous rendent de nombreux services quotidiennement. Enfin, les chiens en France c’est, selon moi, une histoire culturelle. Ils ont enrichit notre histoire et nos foyers. Il est tout aussi normal de voir un chien dans la rue qu’au sein d’un foyer avec des enfants, un chien à l’Élysée qu’un chien à la télé (pub, chien de Dechavanne…). De plus, il y a des chiens de tout styles (des petits, des gros, des poilus, des imberbes…) et aux caractères variés nous permettant à chacun de trouver le compagnon idéal.

Sources:

  1. Le chien, une histoire naturelle de Adam Miklosi
  2. Les animaux en occident du Xe Au XIVème siècle de Robert Delort
  3. https://www.histoire-du-chien.fr/
  4. Tristan et Yseut de Joseph Bédier
  5. Dictionnaire de Versailles de Franck Ferrand
  6. Le journal des animaux
  7. FACCO
  8. Société Centrale Canine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *